Historique (1894-2019)

2019 marque le 125e de Notre-Dame-de-Pontmain, le village le plus ancien du secteur nord des Laurentides.

Les premiers à fouler son sol seraient les Indiens de la Petite Nation des Algonquins ou les Oueskarinis.

Les sociétés forestières sont en partie responsables de l’établissement des colons le long de la rivière. Ces entreprises installent des fermes le long de la rivière du Lièvre. Selon leur importance, celles-ci offrent aux travailleurs forestiers tels que les bûcherons, gîte et nourriture. Ils peuvent de plus se procurer vêtements et outillage pour couper le bois. On y retrouve aussi des écuries pour les chevaux.

En peu de temps, les familles s’installent près de ces fermes et y cultivent la terre pour subvenir à leurs besoins.

C’est également à ce moment vers 1845 que les premières familles, les frères Grenier, s’établirent de façon permanente à Notre- Dame- de- Pontmain

Notre- Dame- de -Pontmain semble l’endroit idéal pour s’établir vu l’abondance du gibier, du poisson et la terre y est propice à la culture. En outre, des sociétés forestières y font la coupe du bois.

En 1886, le territoire du village de Notre-Dame-de-Pontmain devient mission de Notre-Dame–du-Laus. Le curé Eugène Trinquier, missionnaire, en sera le curé de 1886 à 1907.

En 1881 ,35 familles de cultivateurs habitaient Notre-Dame-de-Pontmain, selon le recensement fédéral.

C’est le 26 juillet 1894 que notre village est légalement constitué.

Il portera le nom de La Corporation municipale des Cantons Unis de Wabassee, Dudley et Bouthillier. C‘est en 1945 que l’on lui a attribué le nom de municipalité de Notre-Dame-de-Pontmain.

En 1884, Notre-Dame-de-Pontmain a sa première chapelle. Les dimanches, les résidents se rendaient à la messe en canot, puis à pied. Son premier pont date de 1897 et sa première école voit le jour le 11 septembre 1898, soit la même année que la Commission scolaire qui est inaugurée le 7 août. Début des années 1900, lancement d’entreprises : un moulin à scie qui appartient à M. Auguste Bondu, deux magasins dont un qui appartient à Mme Valentine Juneau, veuve de M. Jean Bondu qui fait office de magasin, d’hôtel et de maison de pension et atelier de forge a désormais pignon sur rue.

Aujourd’hui, le territoire de Notre -Dame- de -Pontmain s’étend sur 258,99 km2 et est entouré de montagnes, de forêts et de nombreux des plans d’eau. On compte 783 résidents permanents. Ce nombre est triplé pendant la saison estivale..

À l’heure actuelle, le village est constitué de l’ensemble des services municipaux, d’un parc, d’une halte routière, d’une patinoire, d’un stade de balle, d’une salle communautaire, d’une bibliothèque, d’une église, d’une école primaire, d’un magasin général, d’une station-service, d’une quincaillerie, d’un bureau de poste, de services de restauration et d’hébergement, de pourvoyeurs, de plusieurs terrains de camping, de sites de location de chalets, d’un moulin à scie et de plusieurs entreprises de services et de transformation ainsi que de manufacturiers.

Sur la rivière, il n’y a plus de flottage de bois. La drave qui fut longtemps un travail pour les habitants de la région a cessé en 1993. La rivière du Lièvre compte maintenant quelques barrages hydroélectriques érigés au fil des années. La rivière demeure très appréciée des plaisanciers malgré la présence de ces barrages et est un endroit très convoité par les amateurs de villégiature.